Mariage à l’étranger : ce qu’il faut savoir avant de dire oui

Rien de plus romantique que de se marier à l’étranger, c’est une expérience à la fois originale et inoubliable. Mais formalités obligent, et au risque de casser le rêve, il est quasiment impossible de se marier au pied levé loin de chez soi sur une impulsion ! Savez-vous seulement si votre mariage sera reconnu à votre retour au pays ? Le point pour vous préparer avant le jour J.

Les conditions à respecter

Si le mariage des Canadiens et des Québécois à l’étranger est toujours reconnu, il faut que votre union ait été célébrée dans le respect des lois du pays où a lieu la cérémonie, mais aussi de celles du Québec et du Canada. Pour chez nous, vous devez donc avoir 16 ans révolus, disposer d’un consentement libre et éclairé (pas de mariage forcé !), ne pas être marié et ne pas avoir de lien de parenté avec votre conjoint (seuls cousin et cousine sont autorisés). Dans le pays où vous vous mariez, vous devrez vous renseigner auprès des autorités locales.

Il existe cependant des situations plus complexes, par exemple un Québécois épousant une Espagnole à Venise ! Dans ce cas, il vaut mieux consulter un avocat ou un notaire dans la mesure où il a trois pays différents.

Les papiers à fournir

Dans certains pays, le passeport suffira. Dans d’autres, on vous réclamera plus. Par exemple les résultats des examens sanguins réalisés avant le mariage, des documents attestant que vous n’êtes pas mariés, un certificat d’état civil pour chacun des conjoints, un certificat de naissance ou de divorce, etc. Ils devront être traduits dans la langue officielle du pays et authentifiés par le consulat 6 mois avant l’union.  En confiant vos papiers à une agence de traduction à Bordeaux assermentée, vous gagnerez du temps. N’oubliez pas que vos deux témoins devront eux aussi prouver leur identité.

La reconnaissance du mariage

À votre retour, il vous faudra faire enregistrer votre certificat de mariage sur le registre de l’état civil du Québec. Vos démarches auprès des ministères et autres organismes seront ainsi facilitées. Votre mariage sera reconnu s’il respecte bien toutes les lois des deux pays concernés et si vous êtes domicilié au Québec et que vous en fournissez la preuve. Vos documents de mariage devront être traduits en français ou en anglais par un traducteur agréé. Vous aurez ensuite les mêmes droits et obligations que tous les autres couples au Québec.