Syndrome du canal carpien : quand prévoir l’intervention chirurgicale ?

Le symptôme du canal carpien se manifeste par des fourmillements dans la main et une sensation d’engourdissement au réveil. Cette pathologie touche majoritairement les femmes, quand elles sont enceintes, allaitantes ou en préménopause. On aurait donc tendance à penser qu’une cause hormonale en serait la raison. Mais elle touche aussi les ouvriers, les golfeurs, les informaticiens, bref tous ceux qui ont exécutent des mouvements répétitifs. L’intervention chirurgicale n’est pas systématiquement nécessaire, mais elle est dans certains cas incontournable. Quand la prévoir ?

Les motifs de consultation

Les motifs de consultations les plus fréquents sont une douleur ressentie dans les trois premiers doigts de la main : le pouce, l’index et le majeur. À cela s’ajoutent les douleurs nocturnes qui empêchent de dormir. Bien tardivement, on s’interroge aussi sur la perte de force. Ce sont là des symptômes bien connus du syndrome du canal carpien.

Certains patients consultent aussi pour une paresthésie, c’est-à-dire un trouble de la sensibilité aux deux mains, ce qui révèle une atteinte du nerf situé dans le tunnel carpien de chacune d’entre elles.

Quelle fréquence chirurgicale ?

La fréquence opératoire est infime. En effet, dans 20% des cas, la douleur disparaît spontanément au bout de quelque temps.

Parmi les autres cas, l’efficacité des traitements a été prouvée. Le médecin prescrit le port d’une attelle la nuit pour éviter les mauvaises positions. Des antalgiques ou des anti-inflammatoires soulagent la douleur. Parfois, le médecin a recours à une infiltration de corticoïdes.  Des exercices d’étirement peuvent compléter le traitement.

L’opération quant à elle relève du choix du médecin en fonction de l’évolution de la pathologie. Il a recours à un examen, l’électromyogramme, pour localiser l’endroit où le nerf est comprimé, mais aussi pour mesurer la gravité de l’atteinte. Cet examen mesure la vitesse de l’influx nerveux : en dessous de 35 mètres par seconde, on estime que le nerf est gravement lésé. La perte de la motricité pourrait être irréversible à défaut d’une opération. Très peu de gens sont concernés par cette forme sévère heureusement.

Le chirurgien prendra aussi la décision d’intervenir en cas d’échec de tous les autres traitements, juste pour soulager la douleur par une opération du tunnel carpien peu invasive. Elle consiste en une décompression endoscopique. Le soulagement est immédiat. La reprise du travail est rapide.

Il est recommandé de ne pas trop attendre en cas de symptômes. Plus la prise en charge est précoce, plus le traitement est efficace.