Explosion des tarifs du gaz et de l’électricité : Comment cela s’explique-t-il ?

L’explosion des tarifs de l’énergie fragilise l’Europe en matière énergétique. Cette dépendance pèse lourd dans les enjeux géostratégiques des pays producteurs, qui en profitent pour asseoir leur domination sur les prix des cours au niveau mondial.

Les raisons de cette augmentation

Les raisons de l'augmentation des tarifs sont multiples. Mais, l’une des principales raisons est la loi de l’offre et de la demande. Face à la forte demande, le cours a flambé de presque 300 % depuis janvier dernier. De plus après la crise sanitaire Covid, le rebond de l’économie a créé une forte demande en gaz.

Les circuits d’approvisionnements

La France n’est pas productrice de gaz ou très peu. De plus, les pays exportateurs ne sont pas amènes ou ne souhaitent pas produire plus. Le principal pays dont la France importe le gaz est la Norvège (43 % des importations de gaz), qui a subi un important incendie sur un de ses sites de production. Depuis cet accident, l’usine de liquéfaction de gaz a été fermée. Ajoutons à cela, plusieurs interventions de maintenance sur des plateformes offshore en Mer du Nord qui ont bloqué l’approvisionnement de gaz.

Quant à la Russie (2ème fournisseur), M. Poutine joue un bras de fer avec les Américains concernant la construction d’un pipeline Nord stream 2. L’Europe subit donc de plein fouet cette lutte géostratégique entre les Russes et les Américains.

La météorologie

L’hiver dernier a particulièrement été rude, ce qui a impacté la consommation dans l’hémisphère nord et diminué les stocks en gaz. Ceux-ci doivent à nouveau être réapprovisionnés, ce qui tend les coûts vers le haut.

Pour le prochain hiver, la France dispose du stock nécessaire. Certains pays européens par contre (l’Autriche et l’Allemagne par exemple) présentent déjà une pénurie de gaz.

Les conséquences de cette augmentation

Toute l’Europe se trouve aux portes d’une crise majeure et doit faire face à la colère de ses citoyens. En effet, la crise sanitaire a privé d’emploi des millions de personnes qui ne peuvent plus faire face à ces prix de l’énergie.

L’Europe en difficulté

Le mauvais souvenir du mouvement des « gilets jaunes » en 2018 est encore dans les mémoires. Cette révolte a commencé suite à l’augmentation du prix de l’essence. La crise sanitaire passée a encore affaibli le pouvoir d’achat de millions de foyers européens. À cela s’ajoute, le risque d’explosion du prix de l’électricité dès février 2022.

Des manifestations de colère en Espagne ont obligé le gouvernement à diviser par deux les taxes sur le gaz. La Grande Bretagne a été aussi obligée de redémarrer les centrales à charbon très polluantes.

Remise de chèque énergie

La France a décidé d’offrir un chèque énergie de 100 euros à 6 millions de foyers en décembre. Un montant qui sera insuffisant. En effet, le prix de l’électricité est directement impacté par la hausse du prix de gaz. Les dépenses en électricité gonfleront donc à hauteur de 100 euros/foyer.

Augmentation des tarifs réglementés de gaz

Les tarifs réglementés du gaz ont fait un bond de + 12,6 % au 1er octobre. C’est la résultante de l’augmentation du prix du cours de gaz et de la hausse de la demande au niveau mondial.

Les alternatives possibles

Pour faire face à ces augmentations de l’énergie, il convient d’adopter certaines pratiques qui pourraient amortir en partie l’impact de cette hausse du prix.

Une meilleure connaissance des aides sociales

78 % des personnes ne connaissent pas les aides financières de rénovation thermique auxquelles elles peuvent prétendre (crédit d'impôt, prime Renov). 38 % d'entre elles n'ont pas d'informations sur les aides qui peuvent diminuer leurs charges d'énergie (Fonds solidarité logement, chèque énergie…).

Faire jouer la concurrence

Depuis 2007, les marchés du gaz et de l’électricité sont accessibles à la concurrence. Une quarantaine de fournisseurs sont disponibles sur le marché. Dès lors, chaque ménage doit connaître ses besoins afin de trouver l’abonnement énergie adéquat. La baisse des dépenses en gaz peut aller jusqu’à 16 %/an.

Les bonnes pratiques

Les ménages peuvent diminuer jusqu’à 10 % de leurs factures en adoptant des gestes simples. Pour les connaître, il convient de contacter les conseillers de leur fournisseur d’énergie.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page